« SYSTEME SOUS AIR »

Le réseau sous air est utilisé lorsqu'il y a un risque de gel dans une partie d'un bâtiment. Le réseau tubulaire est rempli d'air contenu à une pression suffisante pour maintenir le clapet de la soupape d'alarme en position fermée malgré la pression d'eau qui agit en amont. Cette soupape doit être située dans une zone chauffée.

Lorsqu'un sprinkler entre en action, son ouverture permet à l'air de s'échapper. En chutant la pression d'air devient insuffisante pour maintenir la soupape en position fermée. Cette dernière s'ouvre et l'eau pénètre dans le réseau sprinkler. Une infime partie de l'eau est également dérivée sur un circuit qui actionne un dispositif d'alarme acoustique et électrique. (Service du Feu)

Inconvénient :
L'efficacité des systèmes sous air est pénalisée en raison du temps nécessaire à l'évacuation de l'air et à l'arrivée de l'eau jusqu'aux têtes sprinkler. Ce délai peut être réduit par l'utilisation d'un appareillage complémentaire agissant sur l'ouverture de la soupape afin d'accélérer le processus d'évacuation de l'air.

Grâce à la conception de son clapet, la pression d'air nécessaire à maintenir la soupape fermée peut être inférieure à celle de l'eau. Ce principe, obtenu grâce à l'opposition des surfaces AIR/EAU différentes, autorise l'usage de pressions d'air très faible dans le réseau sprinkler. Quand elle s'abaisse au-dessous d'une valeur limite l'ensemble du clapet se lève et se verrouille en position ouverte.

Selon la directive, une installation sous AIR peut desservir au maximum 5'000 m2 par soupape d'alarme.

MAINTIEN DE PRESSION

Le réseau sous air doit être connecté à une source disponible en permanence et capable de compenser les fuites éventuelles sans que le débit soit suffisant pour neutraliser la fuite due à l'éclatement d'une tête sprinkler. Cette source d'air est souvent assurée par un petit compresseur indépendant. Le régulateur d'air doit être ajusté de façon à fournir la pression minimum pour maintenir la soupape d'alarme fermée.

Installation à AIR